INTEGRATION

Vous êtes ici : Accueil Supplément Afrique Centrale 29ème Sommet de l’Union africaine (UA): Austérité, intégration et réforme en lettres majuscules
Intgration.jpg Philpa.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-650x91.jpg bandeau.jpg

29ème Sommet de l’Union africaine (UA): Austérité, intégration et réforme en lettres majuscules

Écrit par  Jean-René Meva’a Amougou
Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Ua. Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l’Ua.

Selon le rapport du Corep sur la supervision et la coordination générale des affaires administratives, budgétaires et financières de l’institution panafricaine, juste quelques 766,4 millions de dollars devront soutenir toutes ses charges en 2018.

Au-delà, tous les indicateurs sont au vert pour la création d’une Zone de libre-échange africaine et l’amorce, dès cette année, de plusieurs réformes.

Dans la mouvance du 29ème Sommet de l’Union africaine dont les travaux ouverts le 27 juin dernier (sous le thème: «Tirer pleinement profit du dividende démographique en investissant dans la jeunesse») et s’achèvent ce 04 juillet 2017 à Addis-Abeba (Ethiopie), le Comité des représentants permanents (Corep) de cette instance panafricaine a transmis sa copie budgétaire aux examinateurs de l’assemblée plénière. La tonalité qui se dégage de ce rapport relatif au budget de l’année prochaine est particulièrement austère en termes de respect des contraintes financière imposées par la situation actuelle. Du document, l’on apprend que l’Ua devra conduire tous ses engagements avec 766 376 968 de dollars US. Par rapport à 2017, le budget 2018 connaît une baisse de 7 %.

De façon détaillée, le Corep s’est étendu sur les différentes lignes de dépenses. Ainsi, 307 804 845 de dollars seront consacrés aux programmes. Les opérations de soutien à la paix engloutiront 268 083 200 de dollars et les coûts d’exploitation prennent 190 488 923. 

Financements

Les fonds, apprend-on, proviendront des contributions statutaires des Etats membres à hauteur de 316 517 592  de dollars et les partenaires internationaux à hauteur de 449 859 376 dollars. 

Au chapitre de l’aide en nature, le Corep avance le chiffre de 12 802 295 de dollars. Le pactole sera accordé par les Etats membres et les partenaires sous forme d’assistance technique à l’Ua. Dans la foulée, il a demandé à la Commission de combler l’écart de financement de 81 846 337 de dollars ayant trait à la Mission de l’Union  africaine pour la Somalie (Amisom) en attendant la décision du Conseil de paix et de sécurité.

Le Comité, qui a soulevé les difficultés de financement auxquelles l’Union est confrontée, a demandé aux Etats membres de s’acquitter de leurs obligations financières.

ZLE

Enfin une Zone africaine de libre-échange (ZLE). L’optimisme de Albert Muchanga, commissaire au Commerce et à l'Industrie de l’Ua n’a pas de borne. «Nous sommes convaincus que nous aurons un marché intégré et commercialement viable à la fin de cette année», a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse au siège de l'Ua à Addis-Abeba en Ethiopie. 

En effet, l'Ua travaille à l'établissement de cette ZLE continentale au moment où le continent fait face à des défis tels que le chômage massif, le sous-emploi, la pauvreté, le changement climatique, tandis que certains pays contestent la mondialisation économique.

Pour ceux qui sont sceptiques face à l'avènement d'un tel espace, le commissaire a souligné que cette zone de libre-échange allait offrir de «nouvelles opportunités» de progrès à l'Afrique et que ceci était en train de s'accomplir grâce à la forte volonté politique des chefs d'Etat et de gouvernement des pays membres de l'Ua.

Lancé lors du sommet de l'Ua de 2015, ce projet de zone africaine de libre-échange devrait voir les premières négociations se boucler cette année.

Réforme

La mise en œuvre de la réforme de l'Ua, confiée au président rwandais Paul Kagame en juillet 2016, constitue le chantier majeur de l'institution. La présidente du Conseil exécutif de l'Ua, Hadja Makalé Camara, a ainsi appelé les Etats de l'Ua à soutenir  ces aménagements institutionnels en cours au sein de l'organisation continentale.

Moussa Faki Mahamat, le président de la Commission de l'Ua, appelant les ministres des Affaires étrangères de l'Ua à proposer des «mesures concrètes pour accélérer le processus, a exprimé son souhait de donner «un nouvel élan à l'organisation panafricaine». 

Pour son premier sommet en tant que président de la Commission de l'Ua, Moussa Faki Mahamat, a tiré une conclusion : elle porte sur l'urgence pour l'Afrique de prendre en main son propre destin en matière de paix, développement et intégration des peuples. 

 

 

 

 

Lu 54 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

-01.jpg -02.jpg -03.jpg -04.jpg -05.jpg -06.jpg -07.jpg -08.jpg -09.jpg -10.jpg -11.jpg -12.jpg Deutsche_Welle_Logo.jpg FB_IMG-664x469.jpg Insert-Eneo-Recrute-664x469.jpg Pub p12-664x469.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-664x469.jpg insert-Araucaria-2016-664x469.jpg

Nous contacter

    • Journal Intégration

    • Adresse :

      Quartier Nkomkana, Immeuble Diane

      (face station service Total)

    • BP : 33 266 Yaoundé-Cameroun

    • Tél : +237 676 203 709

              +237 699 931 042

              +237 243 296 303

    • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous êtes ici : Home Supplément Afrique Centrale 29ème Sommet de l’Union africaine (UA): Austérité, intégration et réforme en lettres majuscules