INTEGRATION

Vous êtes ici : Accueil Supplément Afrique Centrale Institutions Système éducatif: La sous région victime d’un génocide intellectuel
Intgration.jpg Philpa.jpg Pub-foire-vin650x91.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-650x91.jpg bandeau-Fiac-650x91.jpg bandeau-Yafe-650x91.jpg bandeau.jpg

Système éducatif: La sous région victime d’un génocide intellectuel

Écrit par  Didier Ndengue

Depuis la nuit des temps, les Africains ont toujours étudié pour servir directement ou indirectement les intérêts d’ailleurs. Prince Kum’a Ndumbe III plaide pour l’inversement des rôles. 

Bien qu’ayant longtemps étudié et travailler dans plusieurs pays européens, il a su garder la tête froide et sa fierté africaine. Peut-être parce qu’il revenait régulièrement s’abreuver aux sources. Prince Kum’a Ndumbe III est toujours resté en contact avec les siens. Pourtant, ce ne sont pas les opportunités de s’établir en Occident qui ont manqué. L’homme est resté égal à lui-même. Ses anciens camarades d’université à Lyon en France reconnaissent en lui ce comportement révolutionnaire. Ils confessent qu’il a gardé sa position sur les relations entre les Occidentaux et les Africains. En effet, Prince Kum’a Ndumbe III, grâce à ses multiples investigations sur la pénétration coloniale au Cameroun, a réalisé que l’histoire de son nom et la formation des jeunes sont en faveur de l’Occident. Dans ses soixante-dix bouquins publiés (et jamais inscrits dans un programme scolaire chez les siens), Kum’a Ndumbe III dénonce en filigrane cette domination permanente de l’occident sur les peuples d’Afrique. Pour lui, il est primordial de repenser toute la chaîne éducative des pays francophones, «puisque l’enseignement actuel ne nous permet pas d’avoir notre mémoire. L’enseignement actuel efface la mémoire des Africains et les rend incapables», fustige Prince Kum’a Ndumbe III. Le professeur d’université de rang magistral, propose: «il faut enseigner l’héritage scientifique de l’Afrique, en chimie, en mathématique,… quand on va faire cela, on va rendre le Camerounais et l’Africain très forts».

 

Mensonge sur Lock Priso

Par exemple dans les livres d’histoires en circulation au Cameroun, le promoteur de la fondateur AfricAvenir International se rend compte que les motivations du premier résistant à la colonisation, Lock Priso, ne sont pas suffisamment enseignées. Ebolo Mbella Marie Grâce, étudiante en Master II à l’Université de Yaoundé I, s’est intéressée à ce personnage de la première résistance anticoloniale au Cameroun. Au début, l’historienne n’avait pas assez d’informations sur l’ancêtre de Kum’a Ndumbe III. «Dans nos livres classiques de base, il n’y a pas suffisamment d’informations sur la première résistance qui a été menée par Lock Priso. On nous dit juste qu’il a refusé de signer le traité et qu’il a mené une brève résistance. Mais je voulais avoir des informations profondes sur ses motivations. Pourquoi est ce qu’il a dit non, par rapport aux autres chefs qui eux ont signé ce traité ? Qu’est ce qui l’a poussé à agir de cette manière?». C’est seulement auprès de Prince Kum’a Ndumbe III que la jeune Ebolo Mbella Marie Grâce a trouvé des réponses à ses préoccupations. Au cours de ses recherches, elle se rend compte que le combat de Lock Priso «était plus profond. Il était relié même à celui de Rudolf Duala Manga Bell et qu’il a lutté de 1884 jusqu’à 1916, au moment de sa mort». Avec toutes ces informations puisées à bonne source, l’étudiante va devoir écrire un mémoire qu’elle prédestine à toute personne voulant connaître le vrai visage de la première résistance camerounaise.

 

 

 

 

 

Lu 632 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

-01.jpg -02.jpg -03.jpg -04.jpg -05.jpg -06.jpg -07.jpg -08.jpg -09.jpg -10.jpg -11.jpg -12.jpg Deutsche_Welle_Logo.jpg FB_IMG-664x469.jpg Insert-Eneo-Recrute-664x469.jpg Pub p12-664x469.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-664x469.jpg insert-Araucaria-2016-664x469.jpg

Nous contacter

    • Journal Intégration

    • Adresse :

      Quartier Nkomkana, Immeuble Diane

      (face station service Total)

    • BP : 33 266 Yaoundé-Cameroun

    • Tél : +237 676 203 709

              +237 699 931 042

              +237 243 296 303

    • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous êtes ici : Home Supplément Afrique Centrale Institutions Système éducatif: La sous région victime d’un génocide intellectuel