INTEGRATION

Vous êtes ici : Accueil Panorama Banques : l’Europe à la peine
BANDEAU-BATTLE-THE-VOICE.jpg Festi Communautes 650X91.jpg Philpa.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-650x91.jpg bandeau.jpg visuel fotrac.jpg

Banques : l’Europe à la peine

Écrit par  Célestin Ngoa Balla à New York

Selon un rapport rendu public par Bloomberg News du 7 mars dernier, le système financier européen est actuellement en difficulté. Quatre preuves apparaissent dans le rapport pour démontrer clairement à quel point les économies européennes sont en agonie.

Tout d'abord, les dépôts des sociétés non financières européennes dans les banques ont augmenté de 18% en 2016 et de 848 milliards de dollars depuis 2014, en dépit du fait que ces banques ne versent aucun intérêt et, dans certains cas, accusent des intérêts négatifs sur ces dépôts. Les entreprises, ne percevant aucune demande ou perspectives d'activité économique autour d'elles, paient pour accumuler leur trésorerie plutôt que de l'utiliser. 

Deuxièmement, les banques elles-mêmes ont ajouté 1,16 milliards de dollars supplémentaires à la Banque centrale européenne en tant que «réserves excédentaires en banque» depuis 2014, malgré le fait d'avoir à payer à la BCE des intérêts négatifs pour maintenir ces réserves. Ils n'avaient aucune utilité pour le prêter, ne voyant pas non plus de demande. Les politiques insensées sur le budget et l'austérité économique dans toute la zone euro ont éliminé la demande de crédit, et les grandes banques ont fait le reste.

Troisièmement, les grandes banques des pays européens «nordiques» et à Londres ont également utilisé les 1,8000 milliards de dollars qu'ils ont reçus des bons de leur part émis par la BCE depuis 2014, tout comme les 848 milliards de dollars de dépôts de clients supplémentaires. Leurs prêts n'ont augmenté que d'environ 175 milliards de dollars au cours de cette période et sont encore inférieurs au niveau de 2012. En plus de capitaliser et de payer leurs actionnaires pour augmenter leur cours, les 20 plus grandes banques européennes ont considérablement augmenté leurs réserves contre les pertes de créances douteuses, de 27% seulement en 2016. Ces banques, restent par conséquent non rentables et le sont de plus en plus. Les revenus des 20 plus grandes banques de la zone euro ont baissé de 5% en 2016 et leurs bénéfices nets ont chuté de 50% à 33 milliards d'euros. (À titre de comparaison, Wells Fargo Bank, seul, malgré un scandale très dommageable, a réalisé plus de la moitié de ce bénéfice en 2016. C'est le problème critique qui menace de faire exploser la gigantesque bulle des dérivés de Deutschebank à tout moment. 

Quatrièmement, le flux de capitaux se poursuit et s'accélère depuis les systèmes bancaires des pays surendettés comme l'Italie, l'Espagne, la Grèce et le Portugal, vers les pays dits de «fortes» banques. Ceci déclenchera une éruption générale de la banque et fera place au chao. 

Pour naviguer hors de ces eaux troubles, Le nouveau patron de La Maison Blanche a indiqué le 09 mars qu’il adopterait la législation de réglementation financière de Glass-Steagall pour relancer l’économie de son pays et tenir sa promesse électorale. Autant le dire, la loi Glass-Steagall a été adoptée dans le cadre de la nouvelle loi du New Deal de Franklin D. Roosevelt en tant que président en 1933. Elle a placé une séparation juridique stricte entre banques communautaires transactions et investissements risqués. En parlant de l'engagement de Donald Trump envers le retour de la loi Glass-Steagall, Bernie Sanders, candidat démocrate battu aux primaires par Hillary Clinton, a déclaré à Newsmax en novembre: «Des millions d'Américains y croient et j'aimerais bien travailler avec lui». 

Célestin Ngoa Balla à New York

 

Lu 187 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

-01.jpg -02.jpg -03.jpg -04.jpg -05.jpg -06.jpg -07.jpg -08.jpg -09.jpg -10.jpg -11.jpg -12.jpg Deutsche_Welle_Logo.jpg FB_IMG-664x469.jpg Insert-Eneo-Recrute-664x469.jpg Pub p12-664x469.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-664x469.jpg insert-Araucaria-2016-664x469.jpg

Nous contacter

    • Journal Intégration

    • Adresse :

      Quartier Nkomkana, Immeuble Diane

      (face station service Total)

    • BP : 33 266 Yaoundé-Cameroun

    • Tél : +237 676 203 709

              +237 699 931 042

              +237 243 296 303

    • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous êtes ici : Home Panorama Banques : l’Europe à la peine