INTEGRATION

Vous êtes ici : Accueil Les sept jours Ambassades L’Oncle Sam à la peine… lui aussi
Intgration.jpg Philpa.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-650x91.jpg bandeau.jpg

L’Oncle Sam à la peine… lui aussi

Écrit par  Célestin Ngoa Balla à New York

A en croire l’activiste Angela Vullo, «le dernier clou vient d’être enfoncé dans le cercueil de ce que certains appelaient reprise économique aux USA».

Depuis le 30 juin dernier, onze États de la fédération américaine ont déjà annoncé qu'ils étaient en difficulté pour équilibrer leurs budgets.

«Les gouvernements des États avaient le mandat d'avoir un budget équilibré d'ici la fin de leur exercice financier fixé au 30 juin. Beaucoup d'États ont posé sur la table de faux budgets juste pour respecter le délai», soutient l’activiste. L’Illinois, par exemple est sans budget de fonctionnement depuis trois ans. Détroits, le Connecticut, le Delaware, le Maine, le Massachusetts, le New Jersey, l'Oregon, le Rhode Island et le Wisconsin, sont dans les mêmes sales draps. Alors que les budgets de la Pennsylvanie et du Michigan attendent encore difficilement d’être signés par le gouverneur.

 

Au niveau national, les USA ont une santé plus critique. La dette nationale brute est de près de 20 milliards de dollars, et le déficit fédéral actuel atteint plus de 350 milliards de dollars pour cet exercice financier. Le produit intérieur brut, lui-même une estimation trompeuse de l'économie, augmente d'environ 1 à 2% cette année, mais la création d'emplois se fait dans les emplois à bas prix ou à temps partiel, principalement des emplois de services, ce qui génère peu de revenus ou les dépenses accrues. En plus de cela, la productivité boite à peine à 0,5% par an.

Beaucoup d'États de la fédération américaine criblés par la crise économique se démènent avec divers projets temporaires. L'État de Washington a relevé des impôts fonciers de 1,6 milliard de dollars, mais la majeure partie du fardeau va tomber sur les familles de la classe moyenne qui ne peuvent pas se permettre la hausse massive. Le propriétaire moyen de Seattle paiera 400 $ de plus en taxes foncières par an. Plutôt que d'augmenter les impôts sur le revenu ou les gains en capital, qui abaisseraient davantage les familles riches, la législature mettait le fardeau sur les familles des classes inférieures et moyennes.

Le sénateur Reuven Carlyle, D-Seattle, a déclaré que «ils peuvent tenir tout ce qu'ils veulent à ce stéréotype que c'est une augmentation d'impôt pour les gens riches, mais la vérité est que ce sont les gens de la classe moyenne à l'échelle de l'État  qui toucheront du doigt la réalité lorsque les factures d'impôt arriveront. Et il y aura sans doute des répercussions dans la boîte des électeurs».

Mais peut-on sauver la première économie mondiale de l’effondrement ? Oui, avance Angela Vullo. A condition d’adopter le Glass-Steagall qui fut la feuille de route de l’ancien président Franklin Roosevelt. «Depuis janvier 2017, dix-sept législatures d'Etat ont proposé des résolutions bipartites, sous diverses formes, demandant des mesures qui inverseraient la trajectoire à la baisse de l'économie. Les résolutions les plus complètes décrivent un programme de récupération de style FDR à quatre points, qui fait écho aux politiques du système américain qui ont construit le pays. Il comprend le rétablissement de la législation Glass Steagall de l’ère de la Dépression, la création d'une Banque nationale hamiltonienne pour l'emploi et la construction d'infrastructures et la mise en place d'un programme spatial avancé en tant que pilote scientifique», décrit Angela Vullo qui continue en appelant «la population, y compris les fonctionnaires du gouvernement de l'État d’influencer  le Congrès pour l’ adoption de  la solution  qui sauva l’Amérique de Roosvelt de la dépression»

Lu 76 fois

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

-01.jpg -02.jpg -03.jpg -04.jpg -05.jpg -06.jpg -07.jpg -08.jpg -09.jpg -10.jpg -11.jpg -12.jpg Deutsche_Welle_Logo.jpg FB_IMG-664x469.jpg Insert-Eneo-Recrute-664x469.jpg Pub p12-664x469.jpg Tous-unis-pour-le-Cameroun-664x469.jpg insert-Araucaria-2016-664x469.jpg

Nous contacter

    • Journal Intégration

    • Adresse :

      Quartier Nkomkana, Immeuble Diane

      (face station service Total)

    • BP : 33 266 Yaoundé-Cameroun

    • Tél : +237 676 203 709

              +237 699 931 042

              +237 243 296 303

    • Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

                  Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Vous êtes ici : Home Les sept jours Ambassades L’Oncle Sam à la peine… lui aussi